Aide communautaire à l’investissement des commerçants, artisans et entreprises

Soutenir les programmes d’investissements lors des créations, des développements et des transmissions d’entreprises présentes sur la Communauté de Communes du Bouzonvillois et des Trois-Frontières.

Aide proposée par :
financeurs :

Opérations éligibles

  • Biens d’équipements productifs ;
  • Matériel informatique et progiciels ;
  • Achats d’engins de chantier et de véhicules utilitaires, exclusivement neufs. Les véhicules utilitaires électriques ou à hydrogène sont éligibles ;
  • Pour les entreprises appartenant à la filière de l’économie numérique : coûts de la recherche contractuelle, des connaissances techniques.

 

Ne sont pas éligibles :

  • Dépenses liées à des travaux d’entretien (bâtiments, véhicules, machines) ;
  • Factures d’un montant inférieur à 100 € HT ;
  • Achats de fournitures et de matériaux divers concernant les aménagements immobiliers ;
  • Biens acquis auprès des particuliers ;
  • Distributeurs automatiques ;
  • Biens partagés par deux entreprises différentes ;
  • Véhicules résultant de la transformation d’un véhicule de tourisme (véhicules de société) ou d’un véhicule tout terrain de loisirs ou d’un deux roues ;
  • dépenses liées à l’immobilier.

Bénéficiaire

BENEFICIAIRES ELIGIBLES :

PME :

  • inscrites en Moselle au Registre du Commerce et des Sociétés et/ou au registre des Métiers, ainsi que les sociétés coopératives de production (SCOP), sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC), coopératives d’activités et d’emplois (CEA), entreprises d’insertion sous statut coopératif, sous réserve du respect de l’ensemble des critères énumérés au présent article ;
  • implantées sur le territoire de la Communauté de Communes du Bouzonvillois et des Trois-Frontières ;
  • indépendantes d’un groupe ,
  • en phase de création, de développement ou de transmission ;
  • mettant en œuvre un projet d’investissement, devant générer de la richesse nouvelle, maintenir des emplois ou créer de nouveaux emplois ;
  • en situation financière saine ;
  • à jour de ses obligations fiscales et sociales.

 

Les micro-entrepreneurs sont éligibles, dans la limite d’une aide par personne physique tous les cinq ans.

Ne sont pas éligibles :

  • entreprises ou sociétés franchisées, à l’exception des entreprises ou sociétés franchisées pour lesquelles le franchiseur n’apparaît pas dans le capital social à plus de 25 % ;
  • SCI ;
  • entreprises ayant pour activité principale la gestion de mise à disposition de matériel et d’appareils automatiques de distribution et de services ;
  • entreprises pour lesquelles l’activité éligible ne constitue pas l’activité principale ;
  • entreprises ayant réalisé au cours de l’exercice précédent un bénéfice supérieur à 100 000 € ;
  • entreprises de mise à disposition de bien ou de matériel ;
  • artisans taxis.

 

SECTEURS ELIGIBLES :

  • Industrielles ;
  • Commerciales ;
  • Service aux entreprises ;
  • Artisanales ;
  • Commerce de proximité.

Montant

Subvention représentant 20 % maximum des dépenses éligibles.

L’aide pourra être demandée au maximum 3 fois sur un an.

Une seule aide par entreprise ou société sera octroyée tous les trois ans pour un même type d’aide à compter de la date d’attribution de l’aide (cinq ans pour les microentrepreneurs).

Cas des créations-reprises :

Pour les dossiers de créations, l’entreprise pourra bénéficier d’une aide de 2 000 € par création de poste hors poste de dirigeant. Les embauches devront être en CDI. Le versement intervenant sur présentation du contrat de travail.

Pour les dossiers de reprise, l’entreprise pourra bénéficier d’une aide de 1 000 € par reprise de chaque salarié. Le versement intervenant sur présentation de l’avenant au contrat de travail.

Pour les dossiers de reprise d’une entreprise en difficulté, après validation par le Tribunal de Commerce dans le cadre d’une des procédures collectives (redressement judiciaire, liquidation ou sauvegarde), l’entreprise pourra bénéficier d’une aide de 1 000 € par reprise de chaque salarié.

Pour tous les dossiers de reprises ou de créations, le versement des aides est fixé à un maximum de 10 emplois.

Conditions

L’assiette des dépenses subventionnables est d’un minimum de 3 000 € HT.

Le bénéficiaire devra :

  • conserver l’équipement pour le financement duquel la subvention lui a été accordée pendant une durée minimale de trois ans à compter de la date d’obtention de la subvention (cinq ans pour les microentrepreneurs), sauf pour le matériel informatique au regard de son évolution où l’obligation est levée ;
  • conserver les emplois subventionnés pendant une durée minimale de trois ans à compter de la date d’obtention de la subvention (cinq ans pour les microentrepreneurs) ;
  • maintenir son activité sur le territoire communautaire pendant la même période, c’est-à-dire trois ans à compter de la date d’obtention de la subvention (cinq ans pour les microentrepreneurs).

Source de l'information

Cette fiche a été rédigée à partir des informations diffusées par les organismes financeurs. Ces informations sont données à titre indicatif et ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de CMA France. L’obtention des aides est liée à des critères relatifs à l’entreprise, son projet, ainsi qu’à un certain nombre de conditions fixées et précisées par l’organisme financeur. Nous vous recommandons de vous adresser directement aux organismes gestionnaires mentionnés dans la fiche pour déterminer si votre projet est éligible à une aide. Enfin, si vous notez des omissions ou des erreurs dans cette fiche, merci de nous adresser vos remarques en utilisant notre formulaire de contact.

Mise à jour le 19 octobre 2020
Le réseau CTI vous
accompagne pour
bénéficier de cette aide
17 CTI/CPDE vous accompagnent